Le son d’un mauvais rêve

A l’instant échappée d’une battue,

Je m’écris à l’encre d’un mauvais rêve,

va-t-en lui crié-je, c’était à la cambrure, le son

diurne d’un rapt, avant le jour.

J’hurle à la vision d’un battant, souffle de viol,  on en veut

à mon homme

à sa voilure.  Je lui crie viens auprès de moi, reste là,

tout contre

Je crains le rapt d’avant  l’arrivée du jour,

  Apostrophé, Hémère  se retourne affublé d’une menace, 

 me  lance  At’Terré qu’un jour en plus d’une fuite au loin, 

rien ne menace, sauf un signal  ne servant qu’au son

qui passe.

Seul, retentit dans  l’intervalle le derme vibrant

à l’ouïe fine d’un paysage intérieur. Je demeure là  sans secours, sabordée à l’instant d’un coup sonné

à l’abrupt. Captive entre deux  je résiste, indemne

Battue  à nouveau tandis qu’à ces paroles,  je suis souffle bloqué dans l’attente d’un second glas, je me sens rescapée d’un accès, quand s’annonce  tonitruand l’éclat d’un appel carillonné,  le même  qui me perce cinglant en rêve

depuis l’enfance

 Laisse-moi, je passe, dit l’Heure pour m’apaiser. Parole d’Hémère,  face à lui au dos de qui ….

Je tremble encore.

Pourquoi pas une fois encore, comme à l’épel du shofar

 afin de se souvenir ?

 Il faut un son de plus pour entendre le précédent, un jour, puis deux…profondément sombre, de mémoire en mémoire.

Au cri d’un dessin arraché à l’effluve d’une durée retaillée, 

Je me vois à l’envers me retourner,  comme si ma voix sortait de la balle comprimée de mon propre souffle, voir et disparaitre ?

J’improvise abécédaire l’incendie  au verso d’un temps rompu à l’antre d’Er, arrêté en plein tunnel, là où s’assombrit le pli j’écris, entre forces contraires, cette fraction d’un rien qui tracte entre les lèvres ce qui me pousse derrière et ce qui m’arrête devant, lui, Er en personne.

 Il me regarde, à cette heure sonnée de furie, déjà mort.

Ennemi de face,  intime au for intérieur, du nom de guerre aujourd’hui, dédoublé sans esprit, abcès de stase. Je crie

Afin de sortir de ma nuit au signal voulu d’un battement,

A la noire, c’est la mère là-bas, son bord, Hémère que j’appelle

Ou la langue, à l’instant  rescapée elle aussi,  d’une battue qui claque  à l’étouffée de son timbre  et revire drapée d’un linceul  au tournant d’un pli.

Elle cesse ici de s’écouler du flux du Styx, trans-paraissante,  mais s’évase là, à la goutte d’une larme, à plat d’un vide,

au lieu sans liaison où l’éphéméride fige un jour d’absence d’une mauvaise série noire

elle paresse, à contre-jour, malencontreuse,

Car au message, parti d’une émotion tarie

manque l’antenne, sous le dais qui couvre mon corps-âme cette nuit,

tant que l’Aleph du jour n’a pas commencé,  suspendu

au premier signe, reste en toi la braise

d’une  lettre d’amour,

celle-ci non parvenue  se passe bien d’un retour d’éternité,

à l’ éternel instant d’une disparition, en instance d’une ténuité revécue,  survécue dans l’urgence

 Il reste que le son d’une fois, à l’air de ritournelle, ne peut, tenu en apnée, durer pérenne, et l’Autre s’emparer  de mon sommeil,  au coup suivant d’une corne de bélier, entre poussée et mur d’obstacle,  et m’essouffler à en hurler

à-même la tige d’un pendule au retour du doigt d’Aleph, profilé au clic

sans déclic d’une muse interdite, le choc

et sa morsure à vide, hors temps.

Eph’Hémère dès lors n’est plus  à la cadence de l’heure mais reviendrait ce temps d’arrêt, cyclé, dont l’image mobile tracerait le signe à la hache

d’un coup du sort, tandis que, au journal d’une déesse

au geste fini  viendrait à manquer la dimension  nécessaire d’un métronome, pour scander

une fois prochaine,  l’heure dite d’une annonciation.

L’Eph’hémère tout le jour file d’un air absenté en plein milieu, fleurit s’éteint entre-deux,  poussé d’arrière en obstacle devant, soit dit et redit, à la stance d’une  tenue intervallaire, peut-être, d’une fuite de lumière par où

le temps s’est induré d’un éclair d’armes

au son timbré d’un combat avec moi-même.

Eph’ vous là-bas ! N’emportez pas mon rêve au loin de moi,  volé, il me revient de plein droit ! Dé- serrez le cri d’appel,

 du fond de gorge qui, essoufflé de menace entre poussée

et mur d’arrêt, gronde sans voix, à l’étouffée du vent contraire ! Laissez-moi battre jusqu’au ton suivant  d’une  joyeuse survivance !

Fin de série, la noire,

C’étaient  juste les cloches, le son des cloches, l’une d’elles arrêtée net aux persiennes de mon village un jour éclatant d’été.

Petite, étouffée, dé-voisée, ma voix invaginée de petite fille appelait en vain ce souffle à redevenir mien à respirer, deux-en-un pour commencer !

Instant sonné à l’apnée  d’une bande-son, j’écoutais

en protension, cette seconde rescapée, à l’horizon,  re-vivre,  oui,  la vie d’amour  jouée à même toi, mon torse d’amour à  peau douce d’homme mien dont  la respiration à l’entrouvert m’inspire ce rêve d’infime suffocation, appelle-moi

car j’aspire à sortir de de moi ! 

 – Eph’Hémère,  pour clos d’Iris, tu m’épelles une fois encore

sans métronome, tu montes et redescends irisant

 les persiennes  maintenant refermées de mes yeux, enfin paix sur  mer,

je te suis me sentir. 

Antonia Soulez,

23 avril 2022

( bribes de sources : le mythe d’Er de Platon, « Er »  de Kafka « combat avec moi-même », Deux-en-un cf. H. Arendt, in La vie de l’esprit)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s