Adjoint et subalterne autant que coulissier

Il serpente, s’adosse, sans éclat.

De petite stature

Il n’ambitionne la reconnaissance

N’aspire à la descendance.

Ni sexe ni genre, mais intègre

Il se prête sans fléchir.

 

Or toi tu applaudis à ses pirouettes

Quand la clausule s’inverse en commencement

Et que, balancier du discours

Il tourne comme roue des vents.
Tu admires ce tranchant d’un point, d’un never more

L’adresse de qui, croisant le verbe

Le nie, le dégonfle.
Et tu souris à la réserve du presque un peu

Caresses l’oui, ce levier de la présence

Et les sursis d’encore.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s