Le voilà cet insolent ! ce vaniteux !

Et moi qui craignais de le trouver tout froissé, tout penaud, tout triste,

tout timide, tout effacé derrière notre sujet…

je me suis bien trompée ! Ce prétentieux crâne

fièrement

au centre de la sentence !

Il fait le paon juste avant le point noir qui

clos le débat.

Il est là, trônant dans sa nudité la plus

virginale.

Et je me demande même s’il n’est pas en train

de toiser

notre bien aimé sujet. Quel vantard !

Il fait le beau dans son habit de toute puissance.

Mais quel aveuglement !

Ce verbe,

ce petit salopard de tyran,

n’est rien sans moi !

Comment fait-il pour ne pas

voir sa petitesse.

JE suis celui qui dit tout du temps.

Celui qui annonce les sentiments.

Je suis celui qui place le sujet en son lieu,

dans sa maison ou dans l’infini céleste.

JE suis celui qui modifie.

Je suis le sel.

Je donne goût aux petits bavardages.

Je suis adverbement

tout simplement.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s