A fuité le sujet, furet de nuit,

En secret parti d’ici, s’écoulant

Par le col, flux enfui déjà, file

Au détroit,  s’affole continu

D’entre les fraies,

 

S’encarte dérouté, puis  s’effile,

Et redit le passage,  par

les riaux qui ruissellent

Et dévalent  à grands bruits

Un rapide sonore, fluide, se multipliant,

contrapuntique

Aux sons d’un seul thème déplié multiple,

qui roule son galet dépoli jusqu’à rondir

à  la face des carpes, quelques voix revenantes,

 

S’escale,  par degrés, l’enfuir concertant

d’une assomption jusqu’à dormir

entre les ronces, près des sources

à l’encart des sentes d’eau, par où

s’effraie la giscle  quand

je revois le chemin, le même, qui s’obsède

depuis toujours, le fameux lacis d’eaux

 

à pétiller d’éclats sous les feux d’été

pour dire

ne reste pas !

 

je pars, et reviens, pour fuir en suites

le thème agglutinant d’ascendances fixes

regarder devant, sans retour en arrière,

ce qui s’effare, pas ce qui a sourdi déjà, plutôt

poursuivre le fuyant en flagrant délit, pris à la faux

d’un djinn endiablé. Je persiste

l’effui redoutant l’a-passé

de la vie qui s’écoule encore. Le suis-je ?

 

A perdre  souffle !

 

Trop tard, car sa fuite est une fugue poursuite

De coursive en coursive, à l’avant

d’un vécu dévêtu, un rattrapage

de ce qui s’en est allé au ralenti

par derrière, à mon insu.

Paru au pays

des fugueurs dans l’air enbrumé de l’aube,

il est peut-être aujourd’hui ce fuyard à bicyclette, un gamin

volontaire éperdu, effarement  sur la ligne

d’une démarcation, un musicien

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s