Au musée du sommeil

Tu rendais hommage aux momies.

Ta ferveur de dormeur

Suspendue aux masques intemporels

Aux pâles bandages ajustés de près.

 

D’un rythme apaisé au tempo vital

Tu progressais dans la nef en grisaille

Et tu saluais ses poupées dressées

Tes connaissances.

 

Ce matin, on palpe encore

Le voile sans étoffe

De leur enfilade muette

Agrafé au revers du jour.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s