Il alignait les clefs à remonter le temps

Celles des montres, des goussets

Et sur un air de gigue à deux temps

La clef des contes patinée de sang.

 

*

 

Quand se rompit le sceau de la nuit

Sur le manteau de mosaïque dure

Crut-il voir, sidérante et noire

La clef du royaume des cieux ?

Il s’évada par la porte des champs.

 

 

*

 

 

Codes, combinaisons.

Posséder. Jouir ?

 

L’anneau d’une clef abandonnée
Ses galbes ourlés

Comme refuges et nids d’oiseaux

– Arbre de vie ?

 

 

 

*

 

 

A belle allure filait le tramway

Comme félin des villes.

Aux fenêtres des hautes tours

Grisés par la vitesse

Se pressaient les reflets.

 

 

Dans leur cage de transit

Il interrogea les visages

Linottes de passage.

Pas un qui n’eût jeté sur les rails

Ses clefs de fer et de plastique.

 

La liberté traçait son histoire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s