Extrait de la nouvelle « Personnage en construction » recueil « le tourne histoire » nouvelles aux éditions « et si un jour » par Isabelle Camarrieu .

Caillon rêvassait donc lorsque les dernières minutes de l’oeuvre le ramenèrent mentalement à la salle de spectacle, car il ne l’avait physiquement bien entendu pas quittée du tout.

La tête de sa victime dans les mains, les yeux dans les yeux glauques du supplicié, Dalila s’abîmait dans la découverte du véritable amour, émergeant graduellement de sa folie : elle comprenait qu’elle venait de tuer le seul être qui déchirât son aveuglement pervers.

Il sembla alors à Alfred que tout l’opéra n’avait tendu, comme une très longue phrase musicale que vers ce point : le dénouement où, après l’aveuglement, la folie, la cruauté (était-ce une allégorie du monde et de son injustice aveuglante ?) un instant de vérité atteignait l’incandescence, éblouissant de vérité les yeux de tous. Seul le saint, être absolu aurait pû répondre à sa soif d’un absolu contraire : qu’un homme sacrifia la vie d’un autre…lui semblait maintenant, parfaitement idiot…

Donc même à l’Opéra à la fin d’une œuvre on peut en arriver à la funeste conclusion : «  tout ça pour ça » ? Comité des lecteurs ébahis (!)

C’est là le triste sort des flammes privées de combustible. Ainsi de l’incendie de forêt, plus d’arbre… De la passion physique, trop d’étreintes… Du papier hygénique, au bout du rouleau…

En descendant les larges marches de pierre de l’escalier central, Alfred se sentait satisfait. Non seulement à cause du plaisir que le spectacle lui avait procuré. Mais il subodora que la réflexion que l’opéra avait mise en branle l’aiderait à réaliser son projet. Une idée germait. Il lui faudrait vraisemblablement de la documentation…

********

Il s’effondra en cire molle sur son lit, s’enfonça douillettement dans un sommeil chute, un demi-soupir sourire sur les lèvres. Il s’enroula instinctivement dans sa couette, encore vêtu de son pantalon de costume et de son pull-over.

La lumière jouait à blanc, gris, rose lorsqu’il ouvrit l’oeil. Le ciel était d’un bleu lumineux. Sur une Cheminée au loin: blanc ouvrit. Gris était l’oeil rose dans le ciel d’un bleu ! lorsqu’il lumineux. Sur une Cheminée la vapeur faisait son cinéma, lumineuse lumière, emportée par le vent, fumée radiographiée par le soleil, lorsqu’il bleu d’un ciel rose, l’oeil était gris, ouvert blanc. La vapeur cheminée à son cinéma, fumée radiographiée par le soleil. Blanc ouvrit lumineuse lumière gris lorsqu’il bleu était d’un ciel l’oeil rose rose, le ciel oeil d’un bleu était gris, lorsqu’il ouvert blanc, lumière.

Les arbres ébouriffés de lumineuse lumière, dérivaient.

intervention du syndicat des lecteurs surmenés

 

             ça va durer logtemps ?

 

Les arbres ébouriffés dérivaient sur les murs d’en face lentement comme un pianiste échauffe ses doigts avant de les poser sur le clavier, en une vague d’amplitude menue.

Blanc lumineux ouvrit lumière. Grise lorsqu’il était bleu l’œil rose d’un ciel, rose de l’oeil d’un bleu ! Lorsqu’il était. Gris, ouvert, , blanc, lumineux.

Le ciel était d’un bleu lumineux au Zénith, laiteux lorsqu’il posa son regard bleu, entre ce point et la ligne d’horizon, mauve et ouateuse à la bordure des toits, de la ville encoconnée dans son atmosphère polluée.

Caillon appréhenda immédiatement le symptôme : une structure dodécaphoniste. Voilà à quoi son cerveau s’amusait pendant qu’il dormait ! L’analyse musicale à laquelle il consacrait une partie de sa semaine, puisqu’il était chargé de cours à l’université dans ce domaine, l’obsédait ! S’il en cherchait la preuve, ce rêve en était l’incarnation.

Il se dit qu’après tout, ce genre de phénomène était une aubaine, et qu’un jour ou l’autre il en tirerait parti !

*******

Il remarqua à peine qu’il était déjà en salle de cours. Ses élèves – une nouvelle classe, étaient d’une fraîcheur qui le ravit. Leurs visages étaient animés, tendus vers lui, comme au moment précis où les lèvres retiennent une question.

Ils avaient tous l’air extrêmement gai. Leurs traits tremblaient dans un sourire qui semblait ne plus se contenir. Ils jetaient parfois leur regard brusquement vers le sol; quelques-uns avait un regard tournant qu’Alfred leur voyait pour la première fois, leurs yeux se dirigeaient immédiatement sous la paupière supérieure. La pupille y était happée. Souvent l’adolescent fermait complètement les yeux brusquement, puis se détournait. La chair de leurs joues tressaillait alors, et une touche d’incarnat vivifiait leur duvet.

La semaine passée, il leur avait parlé de la structure dodécaphoniste, du choix de notes en suite de douze, entièrement ordonnées par le hasard. Puis des chiasmas que l’on opérait sur la première suite, pour en obtenir une image inversée. Une nouvelle translation s’opérait ensuite pour enfanter un thème de la même chair, mais le nouveau motif ainsi obtenu devait représenter un nouveau personnage. Le paradigme en était la LULU de Berg…

Il allait aujourd’hui leur présenter la musique répétitive. Il s’aperçut.Il pouvait aujourd’hui leur présenter la musique répétitive. Il s’aperçut qu’à son pied. Il pouvait maintenant leur présenter la rigueur répétitive. Il s’aperçut qu’à son pied, verte et molle. Il expliquait maintenant la rigueur répétitive. Il s’aperçut qu’à son pied, verte et molle, pendante sur le côté. Il s’expliquait maintenant la rougeur répétitive. Il s’aperçut qu’à son pied, verte et molle, pendante sur le coté de sa chaussure. Il s’expliquait maintenant la rougeur collective. Il s’aperçut qu’à son pied, verte et molle, pendante sur le côté de sa chaussure, dépassait sa semelle orthopédique. Il s’expliquait maintenant l’hilarité collective. Il s’aperçut qu’à son pied, verte et molle, pendante sur le côté de sa chaussure, dépassait sa semelle orthopédique et désodorisante !

Pour remettre un peu d’ordre dans la classe, arrivée au comble du fou rire et orienter le flot de l’émotion vers un objectif pédagogique, il mit en marche le lecteur de disque laser. Aussitôt les enceintes crachotèrent. Jaillirent alors les notes d’une suite pour piano du compositeur américain Johns Adams, qui avec charme, lui, illustrait son propos.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s